Holà todos !

Feliz año nuevo a todos ! 

Je voudrais profiter de ce premier article de 2021 pour vous présenter les vœux de bonne année de la part de toute l’équipe de Thémiselva. Merci d’être à nos côtés et de soutenir nos projets. 

2020 devait être l’année de la construction du refuge malheureusement la Covid-19 s’est installé et en a décidé autrement. Plutôt que de nous abattre, nous avons choisi de nous concentrer sur d’autres projets, plus éducatifs, en attentant que la situation s’améliore. Nous avons aussi eu le temps de mûrir le projet et de se laisser surprendre par de nouvelles idées. Mais maintenant, nous voulons voir ce projet avancer et nous croisons les doigts pour que 2021 soit l’année de la construction du refuge et de l’accueil des premiers animaux. A ce propos, restez connectés, dans les prochaines semaines nous devrions avoir une grosse annonce à vous faire. Envoyez-nous vos bonnes ondes pour que les démarches nous soient favorables. 

Je vous laisse découvrir ce qui nous a bien occupé ce mois-ci !

La nouvelle recrue de l’association : Pichoncito

Ces dernières semaines la météo à Buena Vista est plutôt exécrable : de la pluie, du vent, de la pluie… Il y a une semaine, un voisin a retrouvé deux poussins à terre, tout riquiqui. L’un était déjà mort et couvert de fourmis mais le second était faible mais en vie. Grégory et Adriana ont décidé de recueillir cette petite boule de plumes (sans plumes en fait !) pour essayer de la sauver. Les premiers jours étaient décisifs et l’oisillon a désormais repris du poil de la bête et on peut envisager son avenir plus sereinement et le but est bien évidemment de l’accompagner jusqu’à son retour à la vie sauvage.

S’occuper d’un si petit animal demande beaucoup de temps et de patience. Il doit être nourri toutes les 3h environ, de jour comme de nuit. Maintenant, ses bienfaiteurs doivent courir après les criquets et autres insectes du jardin pour les lui donner à manger, vivants. Cette pratique paraîtra peut-être cruelle à certains d’entre vous. Mais il est très important de se rappeler que c’est un animal sauvage et qu’il doit savoir chasser et ingurgiter des proies comme il le ferait s’il grandissait dans son nid, loin de nous.

Pour sensibiliser les enfants de l’école avec laquelle nous travaillons, des photos et des vidéos de notre premier pensionnaire sont envoyées quotidiennement aux élèves. Ce sont eux qui l’ont surnommé Pichoncito (“petit poussin” en français). Ils sont très attentifs aux progrès affichés par l’oisillon.
Ils ont notamment cherché à quelle espèce appartient leur protégé : Pichoncito est un Petit duc Choliba (Megascops choliba), un petit hibou, cousin sud-américain du Petit duc Scops (ou Hibou petit-duc, Otus scops) présent en France.

Aimeriez-vous que l’on vous présente davantage cette espèce dans un article ?

L’évolution de Pichoncito entre son arrivée et le 25 janvier (deuxième photo). Il grandit vite !

Informations importantes sur le recueil d’animaux sauvages blessés

Les photos de Pichoncito peut paraître attendrissantes et donner envie de faire de même.
Mauvaise idée: la bonne volonté peut parfois être contre-productive, notamment dans le cas des hiboux.

Premièrement il est important de rappeler que cet oisillon est un animal sauvage, que sa place n’est pas au près des humains mais dans la Nature. C’est pourquoi nous faisons en sorte de reproduire au maximum les comportements qu’il rencontrera quand il sera de retour dans son environnement naturel. Nous limitons les contacts que nous avons avec lui et nos actions ont pour but de le relâcher au plus vite.

Deuxièmement, la loi française interdit la détention d’animaux sauvages. La marche à suivre si vous rencontrez un animal blessé ou tombé du nid est la suivante :

– Si c’est un jeune oiseau isolé capable de se déplacer , laissez-le au sol, ou mettez le en hauteur à proximité s’il y a un danger (chemin passant, route, prédateur …). Il est fréquent que de jeunes oiseaux quittent le nids avant de savoir voler, pour explorer les environs, c’est le cas des jeunes hiboux ou des jeunes merles. Les parents ne sont jamais bien loin et continueront à les nourrir au sol. 

– Dans le cas d’un animal blessé ou d’un nid détruit (comme dans notre cas), dans un premier temps, contactez le centre de sauvegarde le plus proche de chez vous. Je vous mets ici le lien de l’annuaire des centre de sauvegarde de faune sauvage. Vous pouvez enregistrer le numéro de celui près de chez vous dans votre répertoire pour l’avoir sous la main le jour où vous en aurez besoin. Même si le centre est éloigné, contactez-les, peut-être qu’ils vous donneront la marche à suivre et pourront organiser un rapatriement avec l’aide de bénévoles. La suite des instructions (qui vous seront redonnées par le centre de sauvegarde) sont disponibles sur notre site éducatif : https://educ.themiselva.org/animal-blesse-que-faire/

– Dans tous les cas, ne prenez pas l’initiative de garder l’animal chez vous : c’est interdit par la loi et surtout vous risquez de prodiguer des soins inadaptés qui sur le long terme pourrait poser problème à l’animal. C’est pourquoi il est important de les confier à des centres de sauvegarde dans lesquels le personnel est formé. Dans notre cas, Adriana est vétérinaire et avec Grégory, ils ont tous deux longtemps travaillé en centre de sauvegarde de faune sauvage. Ils sont donc formés à soigner ces animaux.

L’anniversaire du Club des Ma’

Il y a un an, Manon, Maëlane, Maéva et moi-même rejoignions l’équipe de Thémiselva avec pour objectif de dynamiser les réseaux sociaux de l’association. Nous vous avons proposé du contenu plus régulier sur Instagram et Facebook et même un concours pour gagner des cahiers nature. Du côté du site web, nous avons instauré notre rendez-vous mensuel : le récap’ du mois. 

L’envie de partager avec vous est commune à l’ensemble des membres de l’équipe. Désormais, nous aimerions savoir ce qui VOUS ferait plaisir de lire ou de découvrir sur nos différents réseaux. N’hésitez pas à nous écrire en commentaire ou en message privé pour nous faire part de vos remarques, vos suggestions ou vos critiques.

Ici, sur le blog, j’aimerais vous proposer de nouveau des articles sur des sujets plus généraux. Cela vous plairait-il ? Quels sujets aimeriez vous que j’aborde ?

La traduction du site web éducatif

Jusqu’à présent, le site éducatif était seulement disponible en français. Mais l’association étant franco-bolivienne, nous nous devions de le traduire en espagnol. Grégory s’est donc attelé à la tâche ce mois-ci. Et ce qui devait lui prendre 4 jours en a finalement pris 15. Eh oui ! La traduction c’est plus long qu’on ne le pense ! Et puis cela a permis de rectifier quelques problèmes du site. Désormais vous pouvez donc accéder à notre contenu éducatif en français et en espagnol.

Pour accéder au site en français cliquez ici et celui en espagnol est disponible en cliquant là

Le QG déménage : Adios Buena Vista !

Après une année passée dans le village de Buena Vista, le QG bolivien de l’association déménage. Nous partons pour nous rapprocher d’un futur projet. Vous devriez en savoir plus d’ici quelques semaines ! 😉 Tout ce que nous dirons c’est que nous restons dans la province de Santa Cruz.

Bonne chance à Grégory, Adriana, Pichoncito et Chachou (le chat) pour le déménagement !

En parlant de chat, anecdote rigolote (qui a moins fait rire Grégory et Adriana) : le mois dernier on vous disait qu’elle avait été stérilisée 2 fois ? Et bien… lors de la première opération, un bout de tissu ovarien a été oublié, faisant qu’elle pouvait tout de même avoir ses chaleurs… Elle a donc été opérée une 3ème fois…

Pour clôturer ce chapitre à Buena Vista, nous vous proposons un condensé des vidéos capturées sur notre terrain ces derniers mois. Nous vous laissons admirer. 

 

Et voilà, nous commençons donc cette nouvelle année avec des idées plein la tête et un gros projet en attente. On espère pouvoir vous dévoiler de grandes choses dans le prochain article !

D’ici là, on se retrouve sur Facebook, Instagram et Snapchat !

Marion