./../img/gallery//singecu1.JPG
./../img/gallery//CIMG0627_2 [].JPG
./../img/gallery//CSC_0866.JPG
./../img/gallery//edjaguar [].jpg
./../img/gallery//mante [].jpg
./../img/gallery//grison.JPG
./../img/gallery//baguycartepo [].JPG
./../img/gallery//sach [].jpg
./../img/gallery//baguyCU.JPG
./../img/gallery//salta [].jpg
./../img/gallery//sandi [].jpg
./../img/gallery//per [].jpg
./../img/gallery//but [].jpg
./../img/gallery//piaf [].jpg
./../img/gallery//selvanuage.JPG
./../img/gallery//ficus [].JPG
./../img/gallery//Balnearioclasse [].jpg
./../img/gallery//ocel [].jpg
./../img/gallery//CIMG0844 [].JPG
./../img/gallery//selva.jpg
./../img/gallery//fox [].jpg
./../img/gallery//1000pattes.JPG
./../img/gallery//atoucan [].JPG
./../img/gallery//CIMG0597_2.JPG
./../img/gallery//arablue.JPG
./../img/gallery//mario [].jpg
./../img/gallery//luca [].jpg
./../img/gallery//tortoise.JPG
./../img/gallery//selvasun.JPG
./../img/gallery//cap [].jpg
./../img/gallery//frogyellow.JPG
./../img/gallery//four [].jpg
./../img/gallery//Deliziasmango [].JPG
./../img/gallery//pumiCU.JPG
./../img/gallery//kink.JPG
./../img/gallery//CS1 [].jpg

QU'EST CE QU'UN CENTRE DE SECOURS ANIMALIER?

Les refuges animaliers

Quel est son rôle ?
De recueillir les animaux victimes du trafic ou blessé et de leur offrir des conditions de captivité et des soins adaptés à leur besoins.
Il peut également travailler à la sensibilisation à la faune et aux menaces qui pèsent sur celle-ci tout comme mettre en place des programmes de relâcher ou encore d’autres investigations scientifiques.

D’où viennent les animaux recueillis ?
L’énorme majorité est victime du trafic. Soit des particuliers qui les détenaient chez eux soit le résultat d’un coup de filet chez les trafiquants (durant le transport, sur les points de vente).
Il arrive aussi de récupérer des animaux sauvages blessés ou entrés dans les villes.

Quels animaux recueillent-ils ?
En majorité des perroquets (aras, amazones, aratingas…), tortues (terrestres et aquatiques) et singes (capucins, singe-araignées, singes écureuils...), animaux les plus populaires comme « animaux de compagnie ».
On trouve aussi des félins (margay, ocelot…), kinkajous, toucans, boas entre autres.
Il est aberrant de constater que des particuliers achètent un jaguar ou un ours à lunettes lorsqu’ils sont petits puis se rendent compte qu’ils sont dangereux. 

Les animaux appartiennent-ils au refuge ?
Non. Les animaux appartiennent théoriquement à l’Etat Plurinational de Bolivie qui les confie au refuge. Celui-ci doit en prendre soin par ses propres moyens car l’Etat ne fournit aucune aide matérielle ou financière.

Quels sont les besoins des animaux ?
D’une prise en compte de leur mode de vie à l’état sauvage. Le but est de se rapprocher au possible des critères de celui-ci (aménagement intérieur, rythme de vie, aspect social, enrichissements, nutrition, suivi clinique…). L’espace disponible étant évidemment primordial.

Quelles sont les tâches quotidiennes d’un refuge ?
Bien entendu le nettoyage des cages et le nourrissage des animaux mais également le suivi de ceux-ci (mangent-ils correctement ? sont-ils intégré dans le groupe ? ont-ils une quelconque blessure ? sont-ils en progression d’un éventuel trouble psychologique ?).
Les enrichissements font aussi partie du travail quotidien.

Que deviennent les animaux secourus ?
S’il n’y a pas de programme de relâcher (voir notre article sur le sujet ICI), les animaux passent leur vie dans le centre. C’est pourquoi il est si important d’essayer de leur donner les meilleures conditions possibles.
Eventuellement, ils peuvent être transféré dans un autre centre (pour rassembler des individus de la même espèce par exemple) mais cela n’arrive pour l’instant quasiment jamais en Bolivie.

Quels sont les problèmes à éviter ?
Les épidémies (protocole clinique), les blessures infligées aux personnes (infrastructures adaptées), les combats entre individus (suivi), l’ennui qui peut mener à des comportements stéréotypés (enrichissements, cage adaptée), les visiteurs au comportement inadéquat (contrôle, fermeté), la surpopulation qui pénalise les individus, la perte de soutien local et les problèmes financiers …

Le point de vue de Thémiselva :
Une grande majorité des centres de secours animaliers se contentent de recueillir les animaux victimes du trafic pour leur offrir des conditions de vie décente. Nous pensons que c'est effectivement un bon début mais que cela n'impacte en rien la cause générale si ce n'est pas accompagné d'un programme éducatif ou d'un programme de relacher. C'est pourquoi nous souhaitons faire de ces deux thèmes des priorités.

Facebook Youtube